Société scientifique historique et archéologique de la Corrèze
Menu principal
Accueil
Histoire de la Société
Les nouvelles de la société
Interactivité
Les activités
Les bulletins
Les conférences
Présentation générale des conférences (résumés)
Organisation des documents téléchargés
Téléchargements
Galeries photo
Questions fréquentes
Nous contacter
Manifestations et actualités diverses
La lettre de la présidente
Sites intéressants-Liens
Devenir sociétaire
Bibliographie
Moteur de recherche
Identification





Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous
La lettre de la présidente
  • Pour davantage de convivialité, il nous a paru opportun de réserver une rubrique à la présidente.
  • Elle se propose d'adresser de temps à autre un mot.


Le passé, le présent et l'avenir Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
  • Nous vous souhaitons à tous, pour vous même et pour ceux qui vous sont chers une bonne Année 2011.
  • C'est la 133e de notre Société, cette vieille dame limousine qui a réussi, malgré les aléas à publier sans aucune interruption ses bulletins depuis 1878.
  • Cédons à la magie des chiffres et remontons le temps.
  • Il y a 100 ans, en 1911, la France et l'Allemagne se disputaient le Maroc, et Maris Curie recevait le prix Nobel de chimie.
  • Il y a 200 ans, en 1811, le code pénal voyait le jour. Benjamin Delessert découvrait le sucre de betterave et l'Europe connaissait un an de paix avant la campagne de Russie.
  • Il y a 300 ans en 1711, Fénelon rêvait à un régime moins absolutiste, Louis XIV vieillissait. Les grands hivers se succédaient amenant disette et misère. 
  • Il y a 400 ans, en 1611, naissait à Sedan Henri de la Tour le futur maréchal de Turenne. A Paris, Marie de Médicis laissait gouverner Concini.
  • Il y a 500 ans, en 1511, la Sainte Ligue réunissait l'Europe contre la France et Louis XII, le père du peuple, songeait à faire déposer le Pape.
  • Il y a 600 ans, en 1411, Armagnacs et Bourguignons s'affrontent. A Brive, le vicomte Raymond VIII de Turenne réussit après 10 ans de lutte, à se faire payer des tailles par les bourgeois.
  • Il y a 700 ans, en 1311, c'est le temps des rois maudits. On expulse les Lombards, après avoir chassé les Juifs et persécuté les Templiers.
  • Il y a 800 ans, en 1211, Simon de Montfort assiège en vain Toulouse, mais se fait rendre hommage par les barons du Quercy. De leur côté, les barons de Malemort obtiennent, de l'évêque de Limoges, que Brive se reconnaisse leur vassale.
  • Il y a 900 ans, en 1111, le roi capétien Louis VI le gros entame la lutte contre les grands féodaux de l'Ile de France, son domaine. Quant à l'Empereur d'Allemagne, il envahit l'Italie et force la pape Pascal II à renoncer à une part de son pouvoir temporel.
  • Il y a 1000 ans, en 1011, la féodalité triomphe. C'est le temps des châteaux, mais aussi celui des abbayes et des pèlerinages. Duc d'Aquitaine, duc de Gascogne et comte de Toulouse se partagent le Sud-Ouest.
  • Il y a 1100 ans en 911, l'abbaye de Cluny a un an. Son fondateur est Guillaume d'Aquitaine. Charles le simple, cède la région de Rouen au chef normand Rollon, qui se convertit et prend le nom de Robert.
  • Il y a 1200 ans, en 811, Charlemagne a laissé l'Aquitaine à son fils Louis dit le Pieux sacré à 4 ans par le pape en 781. Il va devenir empereur à la mort de son père en 814, car ses frères aînés Pépin et Charles viennent de mourir.
  • Il y a 1300 ans, en 711, les Arabes partis d'Afrique du Nord envahissent l'Espagne.
  • Il y a 1400 ans , en 611, la reine Brunehaut pousse l'un contre l'autre ses deux petits-fils Théodebert roi d'Austrasie et Thierry, roi de Bourgogne. Théodebert est vaincu et tué. Brunehaut aimait bâtir. On lui attribue des châteaux et des routes.
  • Enfin, il y a 1500 ans, en 511, Clovis meurt et ses quatre fils se partagent le royaume. Thérry l'aîné a l'Est avec Cologne ou Verdun, mais aussi l'Auvergne, conquise par lui sur les Wisigoths, le Limousin et le Quercy. Les Wisigoths qui avaient conquis l'Aquitaine 100 ans plus tôt se replient en Septimanie.
  • Si ce voyage dans le temps ne vous a pas donné le tournis, vous avez pu constater que les années 11 ne sont pas de grandes années.Louis XIV ou Charlemagne sont à la fin de leur règne. C'est aussi le temps des régences ou des guerres civiles : Marie de Médicis et les protestants, Charles VI le fou et le duc de Bourgogne, Charles de simple et les Normands. Il ne se déroule aucune grande bataille, ni aucun grand traité. Même Napoléon fait une pose dans sa conquête de l'Europe. L'histoire se met en sommeil avant les grands affrontements. 
  • Est-ce un présage ? C'est peu souhaitable et ce n'est pas ce que nous souhaitons. Contentons-nous plutôt de la réflexion de Jorge Luis Borges : "Toutes les époques sont des époques de transition. Nous ne savons qu'une seule chose de l'avenir, ou plutôt des avenirs, c'est qu'il ne ressemblera pas au présent".
Dernière mise à jour : ( 04-01-2005 )
 
le mot de la présidente de novembre 2010 Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
  • Novembre est le mois des commémorations. Profitons en pour rappeler que nous avons commémoré cette année la disparition de celui qui fut le fondateur de notre Société, Ernest Rupin.
  • L'année 2011 est celle du 400e anniversaire de la naissance du Maréchal de Turenne, Henri de la Tour (1611-1675) sans contredit le plus célèbre personnage de cette famille d'Auvergne et du Limousin.
  • Si célèbre que beaucoup de touristes croient que c'est lui qui a donné son nom au bourg et au château de Turenne et non l'inverse. Trompés par son titre de courtoisie de Vicomte de Turenne, ils croient aussi que c'est lui le possesseur de la Vicomté de Turenne. 
  • En réalité, Henri Ier de la Tour et son épouse Elisabeth de Nassau ont eu deux fils : l'aîné,  Frédéric Maurice (1605- 1652) est devenu à la mort de son père, duc de Bouillon, prince de Sedan et vicomte de Turenne.
  • Le cadet Henri, destiné à l'armée n'a reçu en apanage qu'Oliergues en Auvergne et Négrepelisse en Bas-Quercy. Bien peu de choses en vérité et sa célébrité est due à ses mérites militaires, tandis que sa modeste fortune s'accroîtra grâce à ses charges et à des dons royaux. 
  • Henri est né à Sedan, le 11 septembre 1611.
  • La Société d'histoire et d'archéologie du Sedanais se dispose à fêter dignement ce 400e anniversaire par un colloque intitulé "Nouveaux regards sur Turenne" les 17 et 18 septembre 2011.
  • Notre Société et celle des Amis de Turenne y participeront. Nous comptons y présenter une communication sur Turenne, la Vicomté et le Limousin et invitons ceux de nos membres qui en auront le loisir ou l'envie, soit à nous communiquer des renseignements à ce sujet, soit à venir avec nous à Sedan en septembre.
  • Pour tout renseignement il faut consulter le site de la Société d'histoire et d'archéologie du Sedanais.(www
  • Un autre anniversaire, sans doute moins prestigieux, mais qui nous tient tout autant à coeur est celui de la disparition en 196I d'Alexis Jaubert, qui fut député de la Corrèze, fidèle allié et bras droit d'Henri Queuille, lequel vient de faire l'objet d'une journée d'étude organisée à Tulle par nos amis de la Société des lettres, Sciences et Arts de la Corrèze.
  • Alexis Jaubert, né en 1879 a été maire de Larche de 1912 à 1961 avec une interruption lors de la deuxième guerre mondiale ; conseiller général durant 38 ans ; député en 1928, 1932, 1936 ; conseiller de la République après la guerre.
  • Sa formation d'ingénieur agronome l'a rendu apte à s'intéresser aux problèmes de l'agriculture et des travaux publics et il a pris une très grande part à l'électrification et au désenclavement des communes rurales de la Corrèze.
  • Ennemi de l'emphase et des discours creux et partisan d'une politique faite de réalisations concrètes, il semble effacé par rapport à ses contemporains, Jouvenel, Lasteyrie, Labrousse et, en haute-Corrèze, Henri Queuille et son adversaire Marius Vazeilles. Pourtant il a joué sur le plan national un très grand rôle comme chef de cabinet puis sous secrétaire d'état au ministère des finances et à celui de l'agriculture.
  • Nous allons le faire sortir de l'ombre et nous pensons au mois de décembre 2011, avec la collaboration des Archives municipales de Brive, organiser une exposition qui sera en grande partie consacrée, non à la politique politicienne, mais à ses racines familiales, à son goût qui ne s'est jamais  démenti pour la poésie et à son action en Limousin et en particulier à Larche.
  • Grâce à Mme Juliette Jabiolle, dont l'époux est détenteur des archives familiales d'Alexis Jaubert,  auteure de deux livres qui rappellent, l'un les origines en partie créoles d'Alexis Jaubert : "La valise des Antilles" et l'autre, celle de la jeunesse et débuts politiques d'Alexis Jaubert : "Alexis Jaubert, à l'aube du XXe siècle (1879-1918)" paru cette année, nous allons pouvoir présenter sur cette personnalité attachante et mal connue des documents originaux.

 

Dernière mise à jour : ( 15-11-2010 )
 
Le mot de la présidente du 2 juin 2010 Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
  • Chers sociétaires et abonnés,
  • J'espère que vous avez tous reçu votre bulletin 2009, n° 131.
  • Vous nous excuserez d'avoir fait une erreur dans la page 3 et la fiche cotisation et pouvoir de la page 5 détachable.
  • L'assemblée générale est bien fixée, selon les statuts au samedi 11 décembre 2010. Voir la page de couverture au recto.
  • A ce propos nous avons eu la désagréable surprise dd'avoir un redressement de 775 euros de la part de la POSTE car nous avions précisément mis cette annonce d'assemblée générale tenant lieu de convocation dans le bulletin.
  • Nous allons donc réfléchiir à la manière de vous convoquer à l'assemblée générale sans avoir à vous envoyer un courrier personnel.
  • En théorie, nous annonçons cette Assemblée générale, dans les journaux locaux , à savoir "La Montagne" et la "Vie corrézienne"
  • Bien entendu, si vous nous communiquez votre mail nous pourrons vous convoquer personnellement et vous mettre également au courant des activités.
  • Nous mettrons aussi l'annonce de cette assemblée générale dans notrer site.
  • Vous savez que notre fichier d'adresses,  aussi bien postales que mails, est confidentielle et que nous n'avons pas le droit de la communiquer.
  • Alors, merci d'avance de nous aider à gérer en "bon père de famille" les ressources de notre société. 
Dernière mise à jour : ( 15-11-2010 )
 
La lettre de la présidente d'octobre 2009 Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
  • Bien que la mode des célébrations de centenaires, qu'il s'agisse de celui de la Révolution ou de tout autre évènement soit une mode un peu facile, nous ne pouvons laisser passer en cette année 2009 l'occasion de commémorer le décès de l'un de nos principaux fondateurs, Ernest Rupin (1845-1909).
  • Ernest Rupin a été notre Président de 1881 à 1903, puis président d'Honneur jusqu'en 1909.Il a créé avec ses propres collections et celles de ses amis, le Musée de Brive qu'il a dirigé comme conservateur bénévole jusqu'à son décès. 
  • Il a su fédérer autour de lui un groupe d'historiens, d'archéologues et de chercheurs qui ont fait vivre la grande époque de nos bulletins jusqu'à la guerre de 1914-1918.
  • C'était un chercheur méthodique  qui a touché successivement l'histoire, la botanique, la spéléologie, la préhistoire, l'histoire de l'art, l'histoire des religions, la numismatique, l'héraldique et même la graphologie.
  • Il était modeste et bienveillant, qualités rares chez les érudits et il a réussi à cette époque où les querelles religieuses faisaient rage dans la République, à se tenir à l'écart des affrontements, bien que la gauche anticléricale l'ait traité de " clérical toujours fourré dans les églises". et que la droite catholique lui ait reproché de mette à bas avec l'assistance de Robert de Lasteyrie, le mythe de l'ermite Amadour disciple du Christ.
  • Ernest Rupin a non seulement doté Brive d'un musée que le conseil municipal après son décès avait pris la sage et juste décision de baptiser Musée Ernest Rupin, mais encore il a beaucoup oeuvré, tant au Congrés archéologique de France en Corrèze en 1890, qu'à la suite de la mise en valeur du site de Rocamadour, pour que sa ville natale devienne une plaque tournante du Tourisme régional.
  • Malheureusement, le monde est oublieux : trouvant sans doute que son nom ne sonnait pas assez bien, son musée a été débaptisé à la faveur de son déplacement et appelé musée Labenche (bien que cette Labenche ne soit que le nom d'un menu fief de la famille de Calvimont).
  • Les édiles ne lui ont offert qu'une rue située derrière le lycée d'Arsonval, et qui ne rappelle, ni sa maison natale, boulevard Edouard Lachaud, ni celle de son épouse, une demoiselle Mage, place du Civoire, actuellement place des patriotes martyrs.
  • C'est pourquoi, dans la mesure de nos moyens, nous allons du 1er au 15 décembre, commémorer son décès en lui consacrant une exposition au Logis des Clarisses dans son ancien musée.
  • Notre assemblée générale du samedi 12 décembre dans la salle du Musée d'art st d'histoire Labenche lui sera dédiée.
  • Nous proposons à ceux de nos membres qui le désirent de venir diner avec nous le mercredi 2 décembre à la "JARDIN D'ERNEST", restaurant installé dans une partie de sa maison natale.
  • Nous signalons enfin, que, dans le numéro de septembre 2010 d'ARCHIVES EN LIMOUSIN.consacré à l'érudition en Limousin, nous pensons pouvoir faire un article  consacré aux débuts de notre société et à la personnalité d'Ernest Rupin.
  • Toutes les autres suggestions seront les bienvenues à condition que ceux qui nous font des propositions ou qui possèdent des documents susceptibles d'intéresser notre exposition ou les notices  que nous allons consacrer à Ernest Rupin, nous parviennent suffisamment tôt et ne supposent pas de mise de fonds trop considérable.
Dernière mise à jour : ( 15-10-2009 )
 
Demain, à Jérusalem Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
  • La culture est devenue un mot à la mode depuis que Malraux lui a bâti des maisons et que l'Etat et les collectivités régionales et locales lui veulent du bien.
  • Auparavant, elle était l'apanage des cercles restreints, qui pratiquaient paisiblement les rites de leur propre culture dans les chaumières ou dans les châteaux, avec leurs chants et leurs danses rituels, dans un patois qu'on ne baptisait pas encore d'un nom savant. La lecture était la spécialité des cercles bourgeois, de même que le théâtre pour les oisifs de la capitale. Chacun vivait dans son coin sans se préoccuper de la culture du voisin.
  • Tout change au XIXe siècle, lorsque la Révolution industrielle modifie les paysages, dote les banlieues de villes, d'usines et de pavillons, accélère les échanges, exile dans les villes des campagnards arrachés à leurs coutumes et attire à Paris de jeunes provinciaux bardés de diplômes. 
  • Il faut sauver ce qui va disparaitre, le passé des vieilles églises, des châteaux en ruine, des parchemins mangés par les rats et toutes les traditions locales, rebaptisées folklore. Ainsi, naissent les Sociétés savantes de province, dont nous sommes les héritiers.
  • Nous commémorons cette année le centenaire de la mort d'Ernest Rupin qui fut l'un de nos fondateurs. Non seulement fondateur d'une société de limousins, amoureux du passé, lettrés et désireux de transmettre leur savoir, mais aussi fondateur d'un musée municipal qu'il va richement doter lui-même et dont il va s'occuper jusqu'à sa mort.
  • Ce musée, la Société en fait don à la ville de Brive, qui l'installe tant bien que mal, d'abord dans les greniers de la mairie, puis dans l'abbaye de Bonnesaigne (rebaptiée Musée Rupin puis Logis des Clarisses) et enfin dans l'Hôtel labenche.
  • D'autres sociétés savantes ont fait preuve de la même générisité, mais en se faisant attribuer en échange des locaux pour leur bibliothèque et leurs archives.
  • A Brive, nul engagement écrit ne fut pris et la ville a logé la Société de la Corrèze, en divers lieux, qui furent des salles de la mairie, l'hôtel Ségéral Verninac, l'hôtel de Calvimont ou hôtel Labenche et, finalement, après permutation, le rez de chaussée du musée Rupin.
  • Ainsi, transférés d'un lieu à l'autre, au fur et à mesure que ces bâtiments étaient rénovés et attribués à des services municipaux tels que le musée Labenche ou les Archives municipales, les livres et les documents de notre société ont fini par être installés il y a quelques années au rez de chaussée des bâtiments désaffectés de l'usine Deshors à Malemort.
  • Beaucoup de nos sociétaires nous demandent avec persévérance sinon avec succès "quand nous retournerons à Brive" ?
  • Or, la réponse n'est pas quand nous y retournerons, mais dans quelle conditions.
  • Beaucoup de sociétés dans notre cas ont pris pour asile les Archives départementales et ont déposé leur bibliothèque entre les mains de ces administrations, qui en autorisent l'accès sur place.
  • Brive, n'étant pas préfecture, possède en revanche de superbes archives municipales, dont le personnel, toujours très accueillant et sympathique, nous aide à organiser les séances du dernier mardi du mois dans leurs locaux. Les Archives municipales ont pris en dépôt une partie de notre fonds d'histoire régionale antérieur au XXe siècle, livres qui ne faisaient pas l'objet de prêts.
  • Mais elle n'a pas accueilli nos livres récents et surtout notre énorme fonds de revues régionales ou nationales. Pour que nous puissions revenir à Brive, il faudrait donc que nous trouvions un local assez vaste pour contenir tous ces ouvrages, les mettre, comme nous le faisons le mercredi à la disposition du public, et accueillir les visiteurs qui viennent les consulter.
  • Devons-nous accepter des locaux plus petits et sans doute provisoires dans des immeubles appartenant à la ville, mais pas encore rénovés ? Nous aurions là un bureau et un local pour une partie de nos collections, mais pour combien de temps ?
  • Devons-nous espérer qu'un jour, puisque la culture semble être une des préoccupations majeures de la ville, de plus vastes locaux seront attribués aux associations de ce type, aux côtés de ce qui devrait être une médiathèque municipale ?
  • Allons-nous vers le sort réservé à beaucoup de petites sociétés savantes comme la nôtre, l'absorption par l'administration, qu'elle soit nationale ou locale, ou devons-nous préserver à tout prix ce qui fait notre originalité et notre intérêt, le prêt de livres aux étudiants, aux chercheurs ou à nos adhérents, les discussions hebdomadaires avec ceux qui viennent nous consulter ?
  • Finirons-nous par n'être qu'une Société virtuelle, mettant des articles en ligne sur internet pour un prix minime et organisant conférences et excursions mensuelles ou biannuelles ?
  • C'est un peu ce que j'ai envie de répondre à ceux qui me demandent quand nous reviendrons à Brive.
Dernière mise à jour : ( 06-04-2009 )
 
Lettre du mois de décembre Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail


Bienvenue aux généalogistes 

  • Les adhésions récentes à la Société et les questions qui nous sont posées sur le site, nous montrent l'intérêt croissant des amateurs de généalogie pour l'histoire régionale ou générale. 
  • Nous en sommes heureux et nous leur souhaitons la bienvenue.
  • Longtemps, historiens ou amateurs d'histoire et généalogistes, ou amateurs de généalogies familiales se sont regardés avec méfiance.
  • Leurs domaines paraissaient incompatibles.
  • L'histoire, fille de la mémoire, ne doit pas se mettre au service de sa mère. Elle doit accepter la demande de mémoire mais elle n'a pas un "devoir de mémoire" et ne doit pas se mettre au service d'une cause. Elle exige des raisons et surtout des preuves. Quoiqu'en pensent certains, qui tentent de la plier à leurs théories et leurs idées, elle utilise des méthodes de plus en plus scientifiques et rigoureuses.

  • La généalogie a longtemps été le domaine des familles aristocratiques, qui tentaient de faire remonter le plus loin possible à de prestigieux ancêtres, leurs lignées. Volontiers amnésiques sur le mariage bourgeois des filles, sur les lignées bâtardes et sur les ancêtres décapités pour trahisons ou ceux qui, pire encore, dérogeaient en travaillant, ces familles ont eu jusqu'au XVIIe siècle, un relatif monopole.
  • Puis, les bourgeois vivant noblement, ou soi-disant nobles, ont dû à partir de 1595 et plus encore au XVIIe siècle, apporter leurs preuves. Le plus simple pour les généalogistes d'abord, s'ils voulaient être récompensés de leur recherche, était de trouver des ancêtres mythiques en Italie, en Angleterre, ou même chez les Romains ou les Grecs. Une autre méthode consistait à s'accrocher, tel un wagon de marchandises à un express, à une famille illustre porteuse du même nom.
  • C'est ainsi que le travail du généalogiste passe aisément de la "science du vrai à l'art du vraisemblable". Il devient poésie, roman historique, domaine du rêve.
  • Après la Révolution, aristocratie et bourgeoisie ont continué sur leur lancée comme en témoignent les invraisemblables "faux Courtois" où l'on retrouvait aux croisades, toutes les ancêtres des familles encore existantes au XIXe siècle. C'est pourquoi, la chose découverte, il a fallu fermer la salle des croisades.

  • Il faut attendre le XXe siècle pour que tout un chacun se mette à la recherche de ses ancêtres. Jeunes garçons et dames retraitées ont envahi la quiétude des salles d'archives, feuilletant et refeuilletant les vieux registres paroissiaux et les liasses de notaires, et édifiant, jour après jour, des arbres de plus en plus touffus et de plus en plus éloignés de leur auteur, le généalogiste amateur.
  • Cette passion s'explique-t-elle ? 
  • Est-ce un besoin de racines dans une société en pleine mutation ? Un désir de permanence dans un monde qu'on nous décrit comme pollué, industrialisé à outrance et en proie à des dérèglements climatiques ? 
  • Est-ce une recherche d'identité dans une époque de multiplications des croyances, des modèles parentaux, des futures menaces de clonages ?
  • Toute cette quête ramène à un passé qui peut être, selon ce que l'on recherche, idéalisé ou au contraire poussé au noir. Chacun menant sa recherche individuelle, ne connait que son petit groupe d'ancêtres, même si le hasard des rencontres lui fait croiser d'innombrables cousins.
  • La quête achevée ou en voie de l'être, car on se heurte dès le début du XVIIIe siècle à des archives incomplètes, vient le désir de savoir comment vivaient ces ancêtres.
  • Deux voies s'ouvrent alors au généalogiste maintenant confirmé. Suivre une pente poétique et littéraire et écrire le roman de ses ancêtres ; suivre une pente scientifique et tenter, à l'aide de logiciels de plus en plus performants, des statistiques et des études d'ancêtres que les universitaires baptisent du nom pompeux de prosopographies. 
  • Dans les deux cas, et pour les aider à bâtir leur projet, nous leur faisons un bon accueil et nous mettons à leur disposition nos archives et les ouvrages de notre bibliothèque.
  • Nous tâchons de conserver notre sérieux, lorsqu'ils nous annoncent avoir remonté leur généalogie jusqu'à Charlemagne, ou, plus modestement, jusqu'à Saint Louis.
  • Certains d'entre eux, après avoir longuement étudié le grand père savetier ou le cousin notaire, finissent par avouer une arrière grand-mère noble, mariée à un marchand et, dès lors, n'ont plus qu'à se servir des nobiliaires pour remonter indéfiniment en arrière.
  • C'est  alors que nous les convions à se méfier des nobiliaires, mais comment faire admettre à quelqu'un de novice que ce qui a été imprimé n'est pas nécessairement exact ? 
  • Nous voyons passer dans leur regard une lueur de désappointement, mais nous tenons bon, espérant que le virus de l'histoire va les saisir, après celui de la généalogie et qu'ils vont se contenter de "peut-être" et de "semble-t-il " au lieu de triomphantes certitudes.
    "Chercheurs de débris à la dérive et d'épaves perdues, toujours quelque chose fuira entre nos doigts comme du sable..." Marguerite Yourcenar.
  • Ce billet doit beaucoup à un excellent article de M. Bernard Chevignard qui est son discours de réception à l'Académie des Sciences et Belles lettres de Dijon.
Dernière mise à jour : ( 06-04-2009 )
Lire la suite...
 
Lettre du mois d'avril Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

           Pourquoi une revue savante sur papier au XXIe siècle ?

  • M. Monboisse, dans son éditorial1 "Pourquoi une revue savante au XXIe siècle ?" se demande pourquoi continuer à publier sur papier, à l'ère d'internet, une revue savante puisque, ni les lettres, ni les sciences, ni les arts, ne peuvent prémunir contre la barbarie. Il cite comme exemple, un officier SS sensible à l'architecture. On pourrait en citer d'autres, amateurs de musique. Mais il admet qu'une humanité sans lettres, ni sciences, ni arts, serait pire encore.
  • Pour ma part, j'ajouterai l'histoire.
  • Il rappelle ensuite que sa revue, comme la nôtre, a pour but d'étudier son département (le Cantal) avec objectivité et non au profit d'une idéologie, avec rigueur scientifique et avec souci de clarté pour les lecteurs.
  • Parler d'histoire locale, dil-il, n'est pas opposer la GRANDE HISTOIRE à la PETITE HISTOIRE. La petite histoire faite par nos revues locales est composée d'articles qui étudient des points précis et les analyse. La grande histoire, celle des universitaires, se nourrit de ces recherches, dans la mesure où elles offrent des garanties de sérieux et d'honnêteté.
  • C'est pourquoi nous avons trois sortes de lecteurs : nos fidèles abonnés, les chercheurs occasionnels ou les nouveaux arrivants dans la région, et enfin les étudiants chercheurs. 
  • Pourquoi, se demande-t-il enfin, conserver le papier à l'ère de l'internet ?
  • C'est pour lui le support privilégié et durable de la diffusion du savoir garanti par un comité de lecture et la signature de l'auteur, alors que les informations que l'on trouve en ligne sur internet, sont souvent dépourvues de références. 
  • J'avoue qu'ici, je cesse de suivre M. Monboisse : la véritable raison est que nos lecteurs, et d'une manière générale les amateurs d'histoire locale, n'ont pas encore tous franchi le pas qui sépare l'ère Gutemberg de l'ère internet.
  • Tant qu'ils seront assez nombreux pour nous permettre, grâce à leur cotisation, de continuer à publier sur papier une revue annuelle comme nous le faisons, il n'y aura pas de problème.
  • Ensuite, se posera le problème de l'accès à la culture : devrons nous mettre en ligne une revue gratuite et à la disposition de tous ?  Mais dans ce cas, qui paiera le temps passé en correspondance, saisie et mise en page ?
  • Devrons-nous faire un site payant moyennant une faible cotisation ? 
  • Le problème reste posé et je remercie M. Monboisse et la revue de la Haute Auvergne, d'avoir songé à le poser. 

Dernière mise à jour : ( 06-04-2009 )
Lire la suite...
 
 
 Accueil arrow La lettre de la présidente